Chroniques – J’avais pensé envoyer des fleurs et suites…

Retrouvez les différentes chroniques des ouvrages…

 

J’avais pensé envoyer des fleurs

* La jolie bibliothèque: « C’est une histoire d’attirance entre la narratrice (qui n’est pas nommée) et Catherine. Une attirance physique entre deux femmes. Mais cette attirance est également un agacement. Je t’aime mais tu m’exaspères !! »

→ Lire la chronique

 

* Sevylivres: « La nouvelle est comme une lettre qu’elle lui adresse, elle lui parle, lui rappelle les faits, la met presque devant ses responsabilités. La narratrice est partagée entre son attirance pour la femme et l’agacement qu’elle lui provoque. »

→ Lire la chronique

 

*Amel: « Dans cette nouvelle, on retrouve le style « poétique » et la pudeur que Flore exprime dans ses textes, pas de montagnes russes émotionnelles mais un texte subtil et doux. »

→ Lire la chronique

 

* Esmeralda – les Miss Chocolatine bouquinent: « Cette nouvelle est un pur ravissement et j’ai passé un agréable moment de détente en sa compagnie. »

→ Lire la chronique

 

*Lili la Petite Plume: « La plume est souple, intrigante dès les premières lignes. Les descriptions sont très fines, on imagine bien les émotions et les sentiments de l’héroïne à travers chaque lignes. »

→ Lire la chronique

 

* Marlène- le monde enchanté de mes lectures: « « J’avais pensé envoyer des fleurs » est ma toute première lecture saphique, et je pense que je ne pouvais pas mieux commencer dans ce genre. »

→ Lire la chronique

 

 

Même les roses blanches ont des épines

* Au pays de Goewin: « L’auteure sait rendre à merveille toute la palette du sentiment amoureux, espoir, désespoir, attente… C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé sa plume pleine de délicatesse et de poésie. »

→ Lire la chronique

 

* Esmeralda – les Miss Chocolatine bouquinent: « Elle arrive à faire ressentir toutes ces émotions qui touchent et accablent ses personnages. Elle a cette facilité à utiliser les jolis mots de la langue française et à rendre sa narration sensationnelle. Cette seconde lettre s’apparente de façon plus prononcé à un roman épistolaire (même si la correspondance ne s’effectue que dans un sens). »

→ Lire la chronique

 

* Sevylivres: « Catherine, toujours aussi froide et antipathique. Pourtant cette fois-ci, je lui ai presque trouvé un peu d’humanité, me demandant si finalement, tout ça n’était pas une carapace pour se protéger… Allez savoir ! »

→ Lire la chronique