Retour sur le Festival du Roman Féminin

Retour sur le Festival du Roman Féminin

Il y a bientôt un mois, j’étais au Festival du Roman Féminin, invitée par BoD. J’ai bien conscience que j’aurais pu vous faire un retour plus tôt, mais vous me connaissez…  Il me fallait laisser tout ça reposer, puis ma vie hors écriture m’a bien retardée !

Pourtant, aujourd’hui, voici enfin un bref article pour revenir sur deux journées que je n’oublierai pas de sitôt !

Je ne sais même pas par où commencer en fait… Comment faire bref et complet tout en décrivant deux journées tellement intenses ?

Pour remettre dans le contexte : Marseille Paris, début mai. En pleine grève Sncf, nous partons donc en voiture avec mon compagnon. Direction la capitale. Une petite dizaine d’heures plus tard, sur le périph, bloquée au même stade depuis 30 minutes, je n’ai déjà plus qu’une idée en tête : quitter cette ville, rentrer chez moi ! Savant mélange de « je n’aime pas Paris » et « je suis morte de peur pour demain ».

Vendredi au réveil, j’étais encore dans le même état ! Je débutais à 9h par une lecture publique de Maryse. Si j’étais si stressée, outre ma timidité presque maladive, c’était parce que je craignais un peu l’accueil du public ! Je m’étais assez renseignée sur le Festival pour savoir que je serais la seule auteur de FxF et que les genres de prédilection des lectrices présentes étaient les romances hétéros ou le MxM. J’arrivais donc avec ce couple improbable de femmes, avec Maryse, fragile et paumée, avec tout ce qui m’éloignait d’une romance classique.

Et pourtant, passée l’angoisse des premières minutes, ces deux jours se sont déroulés sans accrocs !

La lecture terminée, j’ai repris mon souffle grâce aux questions de l’éditrice d’Elixyria. Son intérêt pour le FxF fut ma première bulle d’oxygène ! Merci.

La suite fut fluide et intense, en compagnie de Julie de BoD, j’ai alterné les tables rondes, les ateliers auxquels je participais et les conférences que j’ai eu la chance de pouvoir aller écouter. Entre temps, le stand BoD pour les pauses…

Le Festival avait ce mérite de proposer un programme riche et varié. Ainsi, j’ai pu parler de la place encore discrète du FxF lors de la table ronde sur le thème LGBT, puis enchaîner sur l’autoédition lors de deux discussions en compagnie de Julie. La seconde m’a permis de retrouver Julie Huleux (que j’avais rencontrée au stand BoD à Livre Paris), auteur hybride, BoD également.

Le samedi fut moins sérieux puisque nous commencions avec un atelier d’écriture de scènes érotiques… On ne va pas se mentir, mon utilité sur cette animation n’a pas franchement été démontrée ! Heureusement, les auteurs Iris Simon et Lhattie Haniel furent largement plus performantes, nous permettant ainsi d’écrire trois des pires scènes érotiques de l’histoire ! (Bon pour notre défense, on avait 15 minutes et les thèmes donnés par Emma compliquaient un peu…  -photo pour preuve à la fin de l’article-) On ne reviendra pas sur le fait que ni Iris ni moi ne savions qui étaient Ross et Rachel … Les autres tables débordèrent d’imagination et les fous rires furent souvent au rendez-vous. (Oui oui, pour des lectures de scènes érotiques !) Et croyez-moi ou non, mais paradoxalement, si cet atelier était clairement ce qui me motivait le moins quand j’ai reçu le programme, c’est finalement là que je me suis le plus amusée ! Comme quoi…

Pour finir, le samedi après-midi était dédié aux échanges avec les lectrices et se terminait par une grande séance de dédicaces ! Sans rire, je crois avoir fait plus de selfies sur cet après-midi-là qu’au cours des 10 années précédentes…  (J’ai aussi dû  revenir sur le fait que je fais partie des 1% de la population de moins de 60 ans à ne pas avoir internet sur ton téléphone… ni twitter, ni instagram, ni rien en fait ^^)

Alors voilà… Deux jours auxquels je ne m’attendais pas, mais qui incontestablement font partie de ces moments à vivre au moins une fois ! J’ai été enchantée par l’enthousiasme des lectrices et leur créativité parfois ! Ce fut un plaisir de revoir Julie de BoD et Julie Huleux. Une joie de rencontrer des auteurs… je ne peux citer tout le monde, mais je pense entre autre à Iris Simon, coéquipière de l’atelier d’écriture ou Ena Fitzbel avec qui j’avais un peu échangé sur FB sans jamais la voir « en vrai ». De même pour L.S Ange et son compagnon, avec qui j’ai pu bavarder un peu

Grace à Julie et son extraordinaire gentillesse, j’ai pu repartir avec quelques ouvrages dédicacés qui me faisaient de l’œil. Merci Julie d’avoir été les chercher pour moi, pendant que j’étais occupée ailleurs.

Merci à BoD pour l’invitation, pour les livres que nous avons ainsi pu offrir aux curieuses !

Merci aux organisatrices d’avoir accepté de faire rentrer un peu de FxF dans le Festival.

Merci à mon compagnon d’avoir conduit lorsque j’étais définitivement trop crevée le samedi soir. Et de ne pas s’être offusqué de mon très diplomate « Je t’aime, je t’assure, mais en fait là, si tu pouvais être ailleurs, ce serait bien aussi… J’ai vu tellement de monde que mon capital de sociabilité de l’année a explosé ! ».

Et cette phrase conclura l’article !  Elle résume à elle seule à quel point il m’a fallu sortir de ma carapace et de ma zone de confort et … il semble que j’ai survécu ! Ces échanges font aussi partie de la vie d’auteur et je n’oublierai pas que j’ai pu les vivre avec vous !

 

PS : Merci à Iris, Julie et aux organisatrices pour les photos !

La marraine de l’édition 2018
Les « sujets » de l’atelier « écrire une scène érotique »

En compagnie de Julie
Ena Fitzbel et Iris Simon

 

Thème de la discussion: les femmes inspirantes

Avec Iris Simon

Leave a Reply

Your email address will not be published.*